MoaEvol.jpg

QUI SUIS-JE ?

J’ai beau être née à Versailles, je suis une fille de la campagne : les bois, les champs, la rivière, les oiseaux… ont été mon environnement pendant mes 10 premières années.

Serrée dans un espace psychique fragile, ma soif de vivre et cette étincelle de joie que je percevais malgré tout en moi, m’ont permis de survivre puis de transformer, au fur et à mesure d’un gros travail, cet espace. Psy', médecine intégrative, kinésiologie, étiopathie, microkinée et autres énergéticiens : je n’ai pas lésiné sur les moyens ! Chaque victoire sur mes difficultés, chaque centimètre carré gagné dans mon corps étaient précieux, victoires choyées pour m’appuyer dessus.

Ce n’est pas de l’égoïsme que de s’occuper de soi quand on en a besoin ! Car si on ne se connait pas, on ne connait pas les autres, si on ne s’aime pas soi-même, on ne peut pas aimer les autres. Ceux qui le croient font semblant, ils se fuient...

Mon histoire me donne ainsi une connaissance d’une certaine profondeur humaine, avec ses douleurs et ses victoires. Quand en face de moi une personne me dit qu’elle a mal, je sais ce que c’est. Quand je vois ne serait-ce qu’un pas de fourmis victorieux, je le vois également et je sais l’éclairer.

Si je peux aujourd’hui faire le métier d’ « aide », c’est parce que tout cela est assumé, et que ma liberté intérieure toujours grandissante issue de ce travail me le permet aujourd’hui. Et cela fait partie de mes compétences !

« Consentir à toujours commencer »

Hymne de Saint Benoit

MON PARCOURS :

  • Études de biologie, spécialisée en biodiversité, évolution, systématique. Cela m’a valu une très belle expérience de deux ans au Muséum National d’Histoire Naturelle.

  • Un an et demi où je suis partie dans des profondeurs parfois douloureuses, mais tellement riches : un tour à vélo de quasiment 2 mois dans notre beau pays, et le reste à vivre une expérience religieuse et spirituelle.

J’en suis sortie profondément enrichie, spirituellement et humainement.

  • Un bilan de compétence m’a poussée directement dans le commerce ! Le rapport alimentation-santé était pour moi assez évident, alors je me suis vite orientée vers le commerce d’alimentation biologique, pour finir adjointe dans une Biocoop ou les dimensions écologique, sociale et économique me correspondent bien.

  • En 2010 j’ai démarré mes études de Naturopathie : elles rassemblaient mon approche globale de l’être humain au service de sa santé. Passionnant !

Le fil rouge ? L’humain, l’humain, l’humain, L’ÊTRE Humain !

  • Je le perçois comme profondément résilient (vu mon expérience : si moi je peux, les autres également !)

  • Je me pose toujours la question de son positionnement dans son environnement : Biodiversité, Univers, Semblables...

  • l’Homme dans sa santé : d’où viennent les « mal-à-dire » ? Quel rôle a sa nourriture, son/ses histoire(s), son environnement, etc.

  • Dans le commerce je me suis régalée avec la diversité des personnes que je servais ! Ils appréciaient de discuter avec moi, peut-être parce que je les écoutais et les questionnais ou nous refaisions le monde ensemble, entre un tofu et une bouteille de kéfir ;-D

« De nuit comme de jour,

avançant de commencement en commencement,

se construit toute une vie. » Fr. Roger

RegarderHaut.jpg
Poterie.jpeg

UNE RENCONTRE :

Une expérience a été déterminante également dans ma vie.

J’ai accompagné une femme en dialyse à domicile pendant 15 ans. Cette femme, Bri, était hors du commun ! A 12 ans elle est diagnostiquée avec une maladie des reins. Forcément, la dialyse se met en place. En hôpital d’abord, dans des conditions que peu de personnes supporterait aujourd’hui : 7 heures branchée à une machine... je vous passe les détails : inimaginable sans un serrement au cœur !  Puis les machines se sont améliorées et elle a pu faire ses dialyses dans son cocon familial. Elle continuait ses études en même temps que ce défi de santé.

C'est en 2000 que je l’ai rencontrée, elle avait déjà environ 25 ans de dialyse. C'était des personnes extérieures (pas forcément dans le médical), qui l’aidaient à se « brancher » à la machine, à passer du temps avec elle pour partager ce Temps qui lui était si précieux… De grands moments de rires, de profonds silences, de réflexions, d’interrogations, de joie, de souffrances… Je ne peux vous décrire la richesse de cette rencontre… Elle est partie en 2017, mais elle est toujours vivante dans mon cœur, incroyablement présente !

Si je vous parle d’elle c’est parce qu’elle a permis de creuser mon Écoute, mon attention à l’Autre, mon Touché (je la massais ou posais juste mes mains sur elle avec attention). Je lui dois mon regard bienveillant sur la Fragilité, mon indéfectible croyance en l’Être Humain, et ma profondeur de Foi en ce « Plus Grand », au-delà des religions…

« Neuf mois pour naître,

toute une vie pour naître et…

tout le ciel pour ÊTRE » B. Ripoll